Des indicateurs pour le développement durable

Des indicateurs pour le développement durable

 

Une première pour le canton de Genève, l’Office cantonal de la statistique publie une série d’indicateurs pour mesurer le développement durable.

Le développement durable s’inscrit dans ce que l’on aime à appeler dans le domaine de l’immobilier, l’immobilier durable. Cette composante, grandissante depuis plusieurs années déjà, démontre clairement les tendances actuelles du marché. Les esprits sont résolument tournés vers l’avenir et la conservation d’un parc immobilier sain à long terme. Pour cela, tous les moyens sont bons ; assainir, mieux construire, développer un aménagement du territoire adapté en espaces de verdure, réduire les rejets de CO2 dans l’atmosphère, optimiser les consommations d’énergie des bâtiments,…

Vous trouverez encore bien d’autres indicateurs dans le Communiqué de presse de l’Office cantonal de la statistique du 18 mars 2009.

Dans sa publication, l’Office de la statistique fournit certaines statistiques liées à l’évolution du marché immobilier genevois dont voici les principaux chiffres :

  • La surface agricole représente 39,5% de la surface totale du canton, alors que le pourcentage de surface lié à l’habitat et aux infrastructures s’élève à 33,3% pour la période 2004-2006.
  • Les surfaces vertes ou de détente par habitant se monte à environ 19,5 km² en 2004 contre 21 en 1992 (-8%).
  • La consommation d’électricité annuelle par habitant en 2007 : env. 18’000 kWh contre 16’500 kWh en 2001, soit une hausse de près de 10%.
  • La surface bâtie par habitant se situe à 210 m² en 2004 contre 230 m² douze ans plus tôt (-9%).
  • Le loyer mensuel moyen pour un 3 pièces à Genève se monte à 1’240.- Frs en 2008. A titre de comparaison, en 1995, ce même logement se louait à un peu plus de Frs. 1’000.-, soit une hausse de 22% en 13 ans.
  • La part des dépenses d’entretien, d’agrandissement et de transformation dans le total des dépenses de construction se situe juste en-dessous des 50% en 2007.
  • Les émissions de CO2 se placent sous la barre des 3 tonnes par habitant en 2007, avec une tendance à la baisse observée ces dernières années.