Les actualités de Naef Immobilier

Conférence virtuelle « XIXe : un siècle d’architectures à Genève »

Vous avez manqué notre conférence sur le patrimoine immobilier genevois du XIXème siècle ? Laissez  Javier Martin Garcia, modérateur de cette conférence, vous guider à travers cette promenade dans Genève et dans le temps.

 

Après avoir eu le plaisir d’animer le 23 Mars passé la conférence  le XIXème siècle, un siècle d’architecture à Genève, ouvrage publié aux Editions Slatkine, sous les auspices du groupe immobilier Naef, représenté par Etienne Nagy, Administrateur, et en compagnie de Mme Pauline Nerfin, historienne de l’architecture, directrice de la publication et de Monsieur Robert Cramer, ancien Président du Conseil d’Etat et ancien Président de Patrimoine Suisse Genève, à moi de vous conter ce qu’il s’y est dit.

 

Le cadre: La Bibliothèque de l’Immobilier 

Un lieu unique en son genre où près de 700 ouvrages dédiés à l’immobilier à travers plusieurs thématiques sont à la disposition du public. L’endroit, créé par le groupe immobilier Naef dans ce bel immeuble XIXème donnant sur le pont de la Coulouvrenière, a été parfaitement mis en valeur par le  film d’introduction au webinaire tourné par Olivier Riethauser à l’aide d’un drone

L’ouvrage : XIXe Un siècle d’architecture à Genève. Promenades.

Un beau volume de près de 500 pages, une maquette graphique héritée de son grand frère sur le bâti du XXème siècle, des photos couleurs toutes réalisées pour cette édition par Adrien Buchet, 361 bâtiments répertoriés avec des détails précieux tels qu’architecte, maître d’ouvrage ou entrepreneur, date de construction, les principales interventions réalisées depuis lors et un descriptif de construction. Tous ces éléments font de ce livre un ouvrage de référence pour tous les professionnels de l’immobilier genevois. C’est donc naturellement que le groupe immobilier Naef a soutenu cette nouvelle édition, celle de 1985 étant devenue introuvable.

C’est aussi une invitation à la promenade dans le patrimoine du XIXème de notre belle ville. C’est en effet par un parcours en forme « d’escargot » que sont proposées douze ballades par quartier, gardant à la fois un sens historique et géographique, commente Madame Pauline Nerfin.

Le cadre historique :

Genève qui vient de se libérer du joug français et de rejoindre la Confédération est à l’étroit dans ses murs. Le syndic Jean-Jacques Rigaud et Guillaume-Henri Dufour vont lancer la modernisation de la ville, en particulier grâce à la création de la Chambre des Travaux Publiques.

Dès 1822 Genève procède à l’assainissement du tissu urbain médiéval, essentiellement hygiéniste, à construit des édifices publiques tels que musée, marché couvert et écoles, mais crée aussi le quartier des banques, l’alignement sud de la Corraterie, le quai et le pont des Bergues, la Place Neuve, les Rues Basses et leurs trois places. La ville se tourne vers le lac avec la construction du grand quai, offrant aux visiteurs, désormais nombreux, le spectacle de la rade.

C’est avec l’arrivée de James Fazy et la destruction des remparts en 1849 que Genève va définitivement se lancer dans la modernité, se traduisant par le plan du nouvel ingénieur cantonal Léopold Blotnitzki, adopté en 1880. Suivant le tracé des fortifications et des fossés, ces terrains sont divisés en lots et mis en vente aux entrepreneurs. En vingt ans Genève double sa surface et se « refonde ».

 

Le ressenti: Comment accueille-t-on ces nouvelles constructions?

Genève est une ville tournée de tout temps vers la modernité et voit donc d’un bon œil le confort qu’offrent ces nouveaux quartiers. Mais les esprits chagrins ne manquent pas. Ne lit-on pas de la plume de Victor Hugo que « Genève est une platitude entourée de bosses ». C’est une frénésie de construction que vit Genève avec près de 2000 nouveaux bâtiments

La période noire :

L’œil des genevois change avec les années au point que l’on oublie cette architecture après la première guerre mondiale pour arriver aux heures sombres, fin des années 60 et années 70 où l’on souhaite faire tabula rasa du passé. C’est avec la disparition du Kursaal et l’arrivée des bulldozers dans toute la ville que Genève prend conscience de l’urgence et se mobilise autour du Métropole. C’est à cette époque que Robert Cramer arrive à Patrimoine Suisse et qu’il lance la première édition de XIXème, Le Grand Siècle. Un titre de combat, nous dit-il, car il fallait ouvrir les yeux sur ce patrimoine si mal aimé en ces années 80. C’est également de cette époque que date la loi Blondel, ancien Président de Patrimoine Suisse et qui vient protéger ces bâtiments.

Le Siècle d’Or ?

Sans conteste, c’est au moins le grand siècle, car entre 1814 et 1914 Genève quintuple sa population, on construit des écoles, des édifices publiques c’est l’avènement des sociétés immobilières et des immeubles de rapport. James Fazy autorise la construction des lieux de culte, Synagogue, Eglise Russe, Eglise Catholique nous explique Pauline Nerfin. Pour Robert Cramer, tous les siècles sont d’or car de tout temps on a construit des bâtiments de qualité qui méritent que l’on se batte pour les préserver.

Concilier rénovation énergétique et conservation du patrimoine :

Robert Cramer nous explique que ces bâtiments sont le fruit d’artisans et que des solutions toutes faites sont impensables pour de tels objets. Etienne Nagy relate les difficultés rencontrées liées à des préavis contradictoirs émanant de la commission des Monuments et Sites et de l’Office Cantonal de l’Energie, tout en soulignant l’excellente inertie thermique de ces bâtiments.

Quant à la valeur commerciale de ces bâtiments : Ils offrent des espaces, une richesse de décoration, des ferronneries et des matériaux qui peuvent se traduire par une prime entre 10 et 20%.

Comme vous l’aurez compris, nous avons assisté à une conférence riche en informations et vivante à souhait sur un sujet qui nous tient tous à cœur, une préservation du Patrimoine raisonnée qui permettra à notre ville d’évoluer sans tourner le dos à son histoire.

Si vous souhaitez avoir plus de détails sur la conférence, nous vous invitons à la voir en streaming  en cliquant ici.  et nous réjouissons de la prochaine conférence de la Bibliothèque de l’Immobilier à laquelle nous espérons vous voir nombreux.

Si vous souhaitez offrir ce bel ouvrage, il est disponible dans toutes les bonnes librairies et sur www.patrimoine-suisse.ch